Les cueillettes sauvages d’automne

cueuillettes-automne-mode-emploi

Habitués de trouver notre nourriture sur les étals, ça ne fait pourtant pas de mal de se recentrer un peu sur les choses simples, les choses qui sont à portée de main si tant soit peu on y prête attention.

En cas de doute lors de la cueillette de champignons ou de plantes, isolez ce que vous récoltez du reste dans votre panier et soumettez-le pour avis à un expert (pharmacien, membre d’une association dédiée etc …)

Profitez-donc des après-midi d’automne pour aller glaner votre nourriture dans les bois ! En s’armant d’un panier en osier, d’un couteau et d’une paire de gants (pour ramasser les choses qui piquent), vous voilà parés !

 

En respectant les lieux et en vous assurant que vous n’êtes pas sur une propriété privée, en cueillant le strict nécessaire et en vous assurant d’avoir du temps en rentrant pour vous occuper de votre récolte (il faudra nettoyer et apprêter les choses cueillies pour ne pas qu’elles s’abîment, sinon vous ramassez à perte et c’est bien dommage), vous allez passer de merveilleux moments.

Munissez-vous d’un panier, le temps des cueillettes est là !

;

  • Les châtaignes

Riches en glucides, les châtaignes se ramassent à la pelle dès les premiers signes automnaux. Avec leur parfum de sous-bois, elles se ramassent encore dans leur bogue ou jonchées sur le sol et se déclinent à l’infini en cuisine.
Pour cequi est dégustation, simplement grillées c’est un délice ! Mais vous pouvez aussi les manger en velouté, ou bien encore en poêlée avec des choux de Bruxelles.

Pour aller plus loin :

Découvrez comment préparer les châtaignes,, les cuire ou les conserver

  • Les noix et les noisettes

Noix et noisettes fournissent des matières grasses d’excellente qualité, de la vitamine E, des antioxydants et du magnésium. Elles se conservent longtemps et peuvent être mixées sur un velouté de panais ou bien encore mélangées dans du muesli maison.

  • Le pissenlit

En automne, il n’est pas trop tard pour manger le pissenlit bien que ses feuilles soient plus tendres au printemps. Dans le pissenlit, on magne les racines, les feuilles, les boutons en fleurs mais surtout pas la tige. (Le latex de la tige peut provoquer des irritations cutanées et s’emploie dans le traitement  des verrues et des durillons par application sur la peau). Les feuilles du pissenlit d’automne sont plus amères, c’est pourquoi il vaut mieux privilégier les jeunes feuilles au centre de la rosette qui sont moins coriaces que les feuilles plus agées.

  • L’ail des ours

Dans l’ail des ours, on mange les feuilles et les tiges et on les consomme comme la ciboulette ou les épinards. Les bulbes peuvent également se manger crus ou cuits. En automne, après la floraison et la saison estivale, on peut donc consommer les bulbes ou bien les conserver pour relancer des plants au printemps.

  • Les champignons

En automne les champignons sont les stars des sous-bois. Cèpes, girolles, lactaires, morilles, pieds-de-mouton, on  n’a que l’embarras du choix pour faire une belle cueillette. On reste cependant vigilant au moment de la cueillette en séparant les champignons qui posent questionnement des autres.Et on n’oublie pas de se munir d’un bon guide de champignons pour vérifier ce qu’on ramasse et en cas de gros doute, on passe voir un pharmacien pour avoir un avis professionnel.
Pour leur préparation, la traditionnelle persillade aura du mal à être détrônée mais laissez-vous tenter par un bon cake aux champignons ou bien encore en terrine.

Pour aller plus loin :

Réalisez des pots de champignons à l’huile pour les déguster plus tard

 

 

 

Et vous, niveau cueillette ça donne quoi ?

Crédit photo : shutterstock

Commenter